Jeux olympiques : à quoi ressemblera Paris en 2024 ?

1 juillet 2018
13937 Views
Jeux olympiques à quoi ressemblera Paris en 2024

Jeux olympiques : à quoi ressemblera Paris en 2024 ?

Pour éviter que les sites olympiques soient laissés à l’abandon, les organisateurs et les élus locaux ont une idée précise de leur métamorphose.

PAR ANTOINE GRENAPIN 
Modifié le 14/09/2017 à 17:38 – Publié le 13/09/2017 à 09:08 | Le Point.fr

Il s’agit d’un des points forts de la candidature de Paris aux JO 2024 : la majorité des sites existe déjà. Les cérémonies (d’ouverture et de clôture) et l’athlétisme auront lieu au Stade de France, l’escrime et le taekwondo au Grand Palais, le handball à la Porte de Versailles, le tennis à Roland-Garros, le judo et le basket à l’AccorHotels Arena (ex-Bercy… « Nous disposons déjà de plus de 90 % des équipements », corrobore le directeur technique de Paris 2024, Anthony Piqueras. Il reste néanmoins deux sites majeurs à construire : le centre aquatique, à proximité du Stade de France, et le village olympique.




Le village olympique, futur quartier animé

Les 17 000 athlètes et officiels séjourneront dans le nord de Paris dans un village d’environ 50 hectares situé entre les communes de Saint-Denis, de Saint-Ouen et de L’Île-Saint-Denis. Le lieu est stratégique : grâce à la future gare Pleyel, qui sera au nord de Paris un « hub » équivalent à Châtelet-Les Halles, il permet de rallier la plupart des sites olympiques en moins de 30 minutes. « Les experts du CIO ont été très enthousiasmés par la densité et la qualité de nos transports en commun, explique Anthony Piqueras. C’était l’un des atouts de la candidature de Paris. »



Au total, 17 000 lits devront accueillir les sportifs au village olympique. « En janvier 2024, nous pourrons aménager les lieux. À l’issue de la compétition, les installations spécifiques seront démontées pour laisser la place à des logements, explique Piqueras. Afin d’assurer la mixité, 40 % d’entre eux seront des logements sociaux et un plafond devrait être fixé à la revente. »

Mais il ne s’agira pas uniquement de logements, comme l’a souhaité Patrick Braouezec, le président de Plaine commune qui rassemble neuf villes du nord de Paris autour de Saint-Denis. « À Londres et à Pékin (où les JO se sont déroulés en 2012 et en 2008), les anciens villages olympiques sont devenus des endroits un peu tristes, assure l’élu au Point.fr. Nous voulons que le quartier ne soit pas seulement résidentiel mais qu’il accueille des start-up avec des espaces de coworking et un Fab Lab (espace partagé dédié au numérique) et que certains services publics s’y implantent. »

Le centre aquatique adapté à la population

À proximité du village olympique sera construit le centre aquatique. Relié au Stade de France par une passerelle, il pourra accueillir jusqu’à 15 000 spectateurs durant la période olympique. À la fin de la compétition, cela restera une piscine pour les habitants des quartiers environnements et les écoliers. « Nous manquons de piscines dans le nord de Paris », plaide Patrick Braouezec, qui veillera à ce que le centre aquatique soit « accessible à tous ». Afin de s’adapter au mieux aux besoins de la population, les tribunes seront réduites à 2 500 places et un des trois bassins sera enlevé.




Une nouvelle salle à Paris et des sites « éphémères »

Un autre site doit également voir le jour pour le besoin des Jeux olympiques : une deuxième salle à Paris Bercy, d’une capacité de 8 000 places, qui accueillera des rencontres du tournoi de basket et les épreuves de lutte. « La ville de Paris avait depuis longtemps un besoin de salle d’une capacité intermédiaire, entre l’AccorHotels Arena (15 000 places) et la Halle Georges-Carpentier (4 800 places) ou la salle Pierre-de-Coubertin (4 800 places également) », assure Anthony Piqueras.

L’équipe de handball du PSG devrait ainsi y disputer certains matches de Ligue des champions et cela pourrait contribuer à la création, si souvent avortée, d’un club parisien de basket (actuellement, seuls Levallois et Nanterre disposent d’une équipe en Pro A). Par ailleurs, plusieurs sites olympiques seront éphémères et ne serviront donc que durant la période de la compétition. Ainsi, la salle de 12 000 places qui accueillera le tournoi de volley sera intégralement démontée après les Jeux, comme l’avait été l’Arena accueillant les épreuves de basket à Londres.

« Impliquer toute la population »

Pour Patrick Braouezec, le « grand défi » des organisateurs et des élus réside dans « la maîtrise des coûts ». « Je suis convaincu qu’on est capable de ne pas dépasser l’enveloppe qu’on s’est fixée (6,6 milliards d’euros au total). Il faut absolument éviter l’exemple de Londres dont les coûts avaient été multipliés par trois dès l’obtention des JO 2012. »

Durant la période des travaux, les riverains et les employés devront également faire preuve de patience. Pour le président de Plaine commune, ça vaut le coup : « Nous nous lançons dans une longue aventure humaine qui va contribuer à améliorer la vie des riverains. Les grands chantiers de ce type offrent une opportunité de créer une dynamique et d’impliquer toute la population, comme l’avait été la construction du Stade de France, avec le succès du Mondial 1998 comme apothéose. »

http://www.lepoint.fr/

Vous avez aimé cet article ? Partagez et commentez !

You may be interested

Comment élever des enfants avec un budget limité
Actualité
29897 views
Actualité
29897 views

Comment élever des enfants avec un budget limité

Palam - 20 septembre 2020

Comment élever des enfants avec un budget limité (EN) La vie de famille peut entrainer des coûts importants, comme les fournitures scolaires à l’automne, les activités parascolaires…

Une nouvelle étape de vie pour votre chiot
Actualité
29896 views
Actualité
29896 views

Une nouvelle étape de vie pour votre chiot

Palam - 20 septembre 2020

Une nouvelle étape de vie pour votre chiot (EN) Bien que la pandémie associée à la COVID-19 ait facilement pu entraîner un baby-boom, il semble que tout…

La série Netflix Kobra Kai, la suite des films culte The Karate Kid
Actualité
29884 views
Actualité
29884 views

La série Netflix Kobra Kai, la suite des films culte The Karate Kid

Palam - 19 septembre 2020

La série Netflix Kobra Kai, la suite des films culte The Karate Kid Le film original Karate Kid est sorti en 1984, c'était un film d'arts martiaux…

Most from this category